Ma vie... approximative

Vendredi 15 octobre 5 15 /10 /Oct 07:12

torche.jpg On rentre de chez des amis. Il est 2h30. On se couche, j'allume la télé histoire de zapper quelques minutes avant de dormir.

 

2h45. On entend des voix, relativement fortes, à l'extérieur. Je dirais qu'elles viennent de juste derrière les volets de notre chambre, côté jardin, donc. Je mets le son de la télé à zéro histoire d'écouter, mais plus un bruit. L'homme me dit "ça doit être Fils Cadet qui parle au téléphone". Mais moi, je jurerais que ça vient de dehors, donc je suis sur le qui-vive.

 

2h48. Des cris, une cavalcade. Cette fois-ci, c'est sûr, c'est dans notre jardin. Je panique instantanément en pensant à Fils Cadet sensé dormir à l'étage au-dessus. Avec les mômes, on ne sait jamais, il pourrait être sorti discuter devant la maison avec des copains et qu'une bagarre ait éclaté ou qu'il se soit fait agresser. Mais lorsque j'arrive dans sa chambre, il est en train, lui aussi, de se lever pour aller voir d'où provient tout ce vacarme.

 

L'Homme et moi descendons les escalier et traversons le garage, en direction du jardin, et à travers les fenêtres on voit des rais lumineux provenant manifestement de lampes torches. Plusieurs. Des flics. Beaucoup. Qui cherchent quelque chose. Ou quelqu'un.

 

Ils se sauvent en courant, c'est sûr, ils poursuivent quelqu'un, ils cavalent dans tous les sens. Dans la rue, 3 jeunes d'une vingtaine d'années. Eméchés quelques minutes plus tôt mais là totalement désaoulés par les évènements, ils expliquent à l'Homme ce qui se passe.

 

Ils étaient à une soirée, 2 filles et 2 garçons, et un mec leur a proposé de les ramener. Le type en question à commencé à peloter une des nanas et l'a entraînée pour la violer. Dans notre jardin.

 

Pendant ce temps, les 3 autres ont appelé les flics... qui ont donc envahi notre jardin. Le gars était planqué juste sous notre fenêtre. Il leur a échappé alors ils ont sillonné tout le quartier pour le rattraper... et pour essayer de retrouver la fille qui avait disparu.

 

Nous rentrons à la maison et quelques minutes plus tard, je dis à l'Homme que le violeur pourrait être caché dans notre cabane de jardin. Il sort donc vérifier. Il n'y a rien, si ce n'est une paire de menottes qu'un flic à fait tomber dans la course poursuite.

 

L'Homme ressort donc pour rendre les menottes, et là, dans la rue, il entend de faibles gémissements. Il cherche et finit par retrouver la fille en pleurs, tétanisée et recroquevillée sur elle-même. Il lui parle un petit moment pour tenter de la calmer, elle s'accroche à lui et lui demande de ne pas la laisser seule car elle est terrifiée. Il appelle de nouveau les flics pour dire qu'il l'a retrouvée. Il rentre complètement défait et me dit "tu sais le pire ? la gamine, elle m'a dit qu'elle a déjà été violée".

 

Ils ont finalement attrapé le violeur et il n'a rien eu le temps de faire à la fille. Ne restera "que" le traumatisme psychologique.

 

Dans ces conditions, je ne suis pas certaine de pouvoir dire que tout est bien qui finit bien.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans : Ma vie... approximative - Ecrire un commentaire - Voir les 51 commentaires
Mercredi 13 octobre 3 13 /10 /Oct 07:10

Je suis tranquillement en train de plier du linge. Tout d'un coup, l'Homme m'appelle :

 

l'H. : Eh, Miss Marple, tu peux venir voir un truc ?

 

Evidemment je me demande pourquoi il m'appelle comme ça mais j'attends de voir.

 

Bbflo : Oui, qu'est-ce qu'il y a ?

 

l'H. : Il faudrait que tu mènes l'enquête, j'ai besoin d'une explication.

 

Bbflo : Une explication sur quoi ?

 

l'H. : ça, là...

 

005.JPG

 

Je réfléchis rapidement à une réponse plausible. Il s'agit d'un angle de mur dans le couloir qui mène à notre chambre - et uniquement cette pièce - et donc il n'y a que l'Homme et moi qui passons par cet endroit. Et des fois, lorsque l'Homme dort, je remonte dans la cuisine chercher un petit truc à grignoter dans le lit en regardant la soirée Thema d'Arte Faîtes Entrer l'Accusé. Bref, je fais le choix totalement absurde de jouer les innocentes.

 

Bbflo : Euh... Comment veux-tu que je sache ? Mais j'en ai marre que personne ne repecte rien dans cette barraque, que fait ce morceau de chocolat par terre ?

 

l'H. : Tu me prendrais pas pour une andouille, par hasard ? ... et puis regarde-le bien, ce morceau de chocolat, tu ne remarques rien ?

 

006.JPG

 

Bbflo : Ben nan, je ne vois rien de spécial... 

 

l'H. : Je vais te dire, ce qu'il y a de spécial. C'est la lettre N. Et donc c'était une plaquette de Crunch... Et ce que j'aimerais bien savoir, c'est où sont passés le C, le R, le U, le C et le H manquants ???

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans : Ma vie... approximative - Ecrire un commentaire - Voir les 77 commentaires
Mardi 5 octobre 2 05 /10 /Oct 07:05

images.jpg D'abord il faut que je t'explique, en gros, ma situation. Je suis en train de travailler à la recherche d'un local pour une nouvelle activité professionnelle, je cours de rendez-vous en rendez-vous, je visite des affaires à vendre etc... Je ne cherche donc pas de job salarié mais pour une sombre histoire de sécu dont je te fais grâce, je suis inscrite à Pôle Emploi.

 

Et qui dit inscription à Pôle Emploi dit "obligations". Et notamment celle de se rendre aux entretiens d'embauche qu'ils te proposent.

 

Bon, si tu veux, côté propositions, je suis peinarde, j'en ai eu qu'une.

 

Souviens-toi, il y a peu de temps, j'avais un rencard pour un entretien d'embauche. Pour un contrat de 5 heures, qui consistait à compter des surgelés lors d'un inventaire. Sans aucune perspective ensuite, même pour un CDD de quelques jours. Autant dire le taf du siècle.

 

Ben figure-toi que je n'ai pas eu le job

 

Nan.

 

Tout avait pourtant très bien commencé. J'avais mis des fringues de filles et des talons (oui, parce qu'en fait lorsque je bosse pas, je bricole ou jardine en permanence donc pour le côté glamour, tu repasseras), je m'étais peinturlurée la tronche, j'avais mis du parfum derrière mes oreilles, j'avais collé un sourire de pétasse de circonstance sur mes lèvres et j'étais entrée dans le magasin en tortillant du croupion comme me l'a appris ma copine Poulette Dodue (j'peux pas mettre de lien rapport au fait que c'est une commentatrice assidue mais pas une blogueuse - spèce di feignasse, va !).

Et le type était sous le charme, je l'ai bien vu. Ouais, j'me la pète, et alors ? Si ça me fait plaisir, à moi, de penser qu'il était subjugué ?

 

Bref, je m'égare... J'en étais où ?

 

Ah oui... à l'instant fatidique où la situation a basculé, et où pour un détail insignifiant, je vais passer pour une looseuse tout le restant de ma life vis à vis de l'univers tout entier et de ses environs.

 

Et le moment crucial en question, c'est lorsque le mec m'a demandé "et quelle est votre motivation pour ce poste ?".

 

Parce que là, j'ai fait LA bourde.

 

J'ai ri.

 

Je sais, j'aurais pas dû, j'ai merdé, j'le ferais plus. Mais c'est de sa faute, aussi, avec sa question cocasse.

 

Enfin, ce n'était pas non plus un éclat de rire à la Cruella Deville, hein, juste un très très large sourire, mais si je m'étais laissée aller, j'aurais ri. Vraiment. Le genre de rire un peu difficile à contenir. Parce que pendant tout le trajet en voiture, je m'étais demandé en me marrant intérieurement : "et s'il me pose THE question, qu'est-ce que je vais bien pouvoir répondre de crédible ?". Et j'avais pas trouvé.

 

Franchement, qu'est-ce que tu veux que je réponde à ça ? Qu'est-ce qui peut faire que tu te dis "Youpi, je vais compter des sacs de chou-fleur pendant 5 heures" ?

 

J'ai eu beau chercher, même depuis, je n'ai pas trouvé de réponse plausible. La vérité c'est que j''ai reçu le courrier de Pôle Emploi et que je me suis rendue à l'entretien pour ne pas être radiée. Point barre. Mais en réalité, faire ça ou peigner la girafe, honnêtement je m'en bats l'oeil. Et je lui ai dit, au gars. Pas exactement dans ces termes, mais le sens général y était.

 

Je suis ressortie - toujours en souriant - sous le regard médusé (et amusé) du type, je suis rentrée à la maison, j'ai viré mon déguisement et j'ai planté des salades.

 

Comme ça, même si j'ai pas de salaire, on aura de quoi bouffer cet hiver.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans : Ma vie... approximative - Ecrire un commentaire - Voir les 81 commentaires
Lundi 27 septembre 1 27 /09 /Sep 07:04

voyage dans le temps.jpg Là, toi et moi, on est en train de vivre un genre d'expérience spatio-temporelle


Spatio, parce que tu crois que je suis bien sagement dans mon canapé devant mon pc, alors qu'en vrai je suis en train bosser à deux heures de route de chez moi, loin de tout ordinateur ; et temporelle parce que pour toi on est tout simplement "aujourd'hui" alors que pour moi, au moment où j'écris, on est "la semaine dernière".

 

C'est clair ?

 

Je suis donc en Dordogne toute la semaine. Ceci dit, comme je te connais, si je ne te raconte rien pendant si longtemps, tu vas croire que je fais la gueule et tu vas déprimer. Alors j'ai programmé des petits billets, comme ça ça te fera une présence, tu te sentiras moins désoeuvrée. Et si tu es sur le point de craquer, ne te renferme-pas sur toi-même, mets-moi plein de commentaires, ça te fera du bien au moral. Je te répondrai en rentrant.

 

Bref, là on est logés chez l'habitant, qui lui est barré en vacances et nous paye pour le remplacer dans son magasin. Dans un chouette village dont je te mets une photo.

 

Pendant notre absence, Belle-Maman va vivre à la maison pour faire chier Fils Cadet la tambouille pour Fils Cadet toute la semaine, le border le soir et le réveiller le matin. Oui, je sais, il est grand, il pourrait tout à fait se débrouiller seul. Sauf que si on ne le secoue pas le matin, il ne se réveille que vers midi. Et arriver aussi tard au lycée, ça fait pas sérieux.

 

*******

 

Je terminerais par un petit tag proposé par Angie. Le but du test est d'évaluer si tu es prêt(e) à un total changement professionnel.

 

En réalité, je ne correspond pas exactement au profil en question puisque pour l'instant je n'ai pas de boulot et qu'il n'y a donc pas le stress de "tout larguer". Ceci dit, nous l'avons fait il y a 7 ans, avec nos deux gosses sous le bras, alors repartir à zéro, ça nous connaît !

 

Votre profil :

FONCEZ !

Vous avez mûri votre décision durant de longs mois, avez préparé le terrain et évalué vos ressources : il est désormais temps de vous jeter à l’eau ! Vous êtes en effet prête à vous reconvertir. Les raisons qui vous poussent à quitter votre job actuel sont réfléchies et vous avez toute l’énergie nécessaire pour vous lancer. Vous pouvez également  compter sur le soutien de vos proches. Et même si rien ne se passe tout à fait comme prévu, gardez le cap et allez au bout de vos envies !

 

Je taggue tous ceux et celles qui le souhaitent !

 

dordogne sept 2010 011.JPG

 

C'est sympa, non, comme petit village ?


 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans : Ma vie... approximative - Ecrire un commentaire - Voir les 37 commentaires
Vendredi 24 septembre 5 24 /09 /Sep 07:12

 

loto.jpg Hier.

 

Une enveloppe avec le logo de Pôle Emploi. Qu'est-ce qu'ils me veulent ? (oui, parce qu'en fait lorsque tu reçois un courrier d'eux, tu imagines qu'ils vont ENCORE t'emmerder, il ne te vient même pas à l'idée qu'ils puissent te proposer un job)

 

 

Eh bien si, justement, mauvaise langue, c'est une offre d'emploi.

 

Une société de produits surgelés (j'aime bien les surgelés... surtout les glaces, en fait).

 

Horaires : 5 heures hebdo (bon ben ça sera pas trop fatigant).

 

Durée du contrat : 1 jour (jeudi prochain, soit dans 5 jours)

 

??

 

Poste : inventoriste. Ok. Je viens de comprendre. Ils cherchent quelqu'un pour compter les sacs de haricots et de courgettes le jour de l'inventaire. Point barre.

 

Ah, il y a un commentaire relatif au poste.

 

"Pour candidat de valeur (je vais partir du principe que c'est mon cas, j'ai tenu un magasin pendant des années, compter des trucs sans me gourrer, ça doit être dans mes cordes), possibilité (pas de certitude, donc) d'effectuer par la suite des remplacements (si je croyais pouvoir un jour obtenir un CDI, je me fous le doigt dans l'oeil) sur un poste d'employé libre service. Qualités commerciales et rapidité attendues."

 

Salaire de 9.17 euros. Brut. De l'heure. Fois 5 heures. Moins 20 % de charges.

 

Envoyer CV + lettre de motivation. Ah oui, quand même ? pour si peu ? Bon, ben ok.

 

Bien, si je compte le salaire, que je déduis les charges, le papier et l'encre pour le CV et la lettre, la photo, l'enveloppe et le timbre, est-ce bien rentable ? Du coup je ne mets pas de photo ni d'enveloppe et dépose mon "dossier de candidature" directement sur place. 3 heures après avoir reçu le courrier. Si c'est pas de la motivation, ça !

 

La seule employée du magasin m'a fixée rendez-vous pour ce matin 10 heures.

 

Ma carrière se joue ce matin. Priez pour moi.

 

*********

 

 

 

Pense à aller voter !


 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans : Ma vie... approximative - Ecrire un commentaire - Voir les 59 commentaires
Mercredi 22 septembre 3 22 /09 /Sep 07:08

Na

mai 2010 034.JPG

 

 

Notre chatte a pour habitude de nous ramener ses trophées de chasse. Elle les dépose généralement bien en vue au milieu de la cuisine, dont le sol est blanc, de façon à ce que ce soit la première chose que nous voyions au lever.

 

Ainsi, nous avons dû à plusieurs reprises démonter la plinthe sous-évier, tirer le lave-vaisselle, vider le placard à produits d'entretien etc...  pour tenter de récupérer un petit lézard qu'on entendait bouger dans le coin.

 

Je me suis retrouvée deux fois face à un véritable carnage : du sang projeté sur les meubles (blancs également) et sur le sol. Ces fois-là, elle s'était amusée avec des oiseaux qui avaient tenté de lui échapper, d'où le sang un peu partout.

 

Elle est également assez douée pour attraper les mulots et musaraîgnes que nous ne comptons même plus. 

 

D'ailleurs c'est sadique, un chat. Car elle "joue" avec l'animal tant qu'il bouge et qu'il essaie de se sauver. Une fois mort, elle s'en désintéresse.

 

L'autre soir, on l'a bien vue gratter sous le canapé, pour attraper quelque chose. Mais comme nous étions occupés à ce moment-là, nous n'avons pas franchement fait attention.

 

Hier matin, on décide de bouger les meubles du salon pour aspirer dessous et notamment le canapé...

 

Et voilà ce qu'on a trouvé :

 

sept 003.JPG

 

 

PS : à l'attention des militants de la SPA et d'autres associations de défense des animaux, je ne fais pas l'apologie des crimes envers les animaux, c'est pas de ma faute, j'ai expliqué à la chatte que ce n'était pas bien toussa, rien à faire, elle continue ! je décline donc toute responsabilité.

 

 

**** SI CE N'EST PAS DEJA FAIT,

 

PENSE A ALLER VOTER *****

 

 

  

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans : Ma vie... approximative - Ecrire un commentaire - Voir les 43 commentaires
Vendredi 17 septembre 5 17 /09 /Sep 07:23

vieille dame.jpg Je reviens de mon premier cours d'Aquagym. Oui, finalement j'ai pas fait Aquatonic car je me suis dit que pour une première fois, je présumais peut-être un peu de mes capacités.

 

Je te passe le fait que je n'avais pas de jeton pour le vestiaire et que je suis arrivée limite-limite au cours ce qui fait que dans la précipitation, j'ai glissé comme une savonnette autour du bassin. Bref, j'enlève mes claquettes et mon peignoir et je me glisse dans une eau à 33° aussi dignement que possible.

 

Il y a une quinzaine de participantes, de 37 à 137 ans. Je me mets à côté de celle de 137, en me disant que comme ça je serai moins ridicule. Arrive le kiné qui fait le cours. Et c'est parti pour 3/4 d'heure de folie.

 

Folie, en fait, c'est très en dessous de la réalité. Il est complètement cinglé, ce type. Déjà il fait rien qu'à nous donner des ordres. Pédalez ! Sautillez sur la pointe des pieds ! A cloche-pieds ! Faites des moulinets avec les jambes ! Plus vite ! Courez en levant bien bien haut les genoux ! Tout ça à une vitesse effrénée trop élevée pour moi, et avec une musique de fond à la con genre Véronique et Davina.

 

Et toutes les 5 minutes à peu près, il crie REPOOOOOOOOOOOSEZ-VOUS ! Et moi, naïve, je crois qu'on va pouvoir récupérer, fumer une clope ah ben nan je fume plus, papoter avec la voisine, boire un thé. Que nenni, pour lui, la phase de "repos" dure environ... 6 secondes ! Et ça repart !

 

Quant à l'aïeule, elle est drôlement tonique. Alors que je suis rouge pivoine, que mes mollets crient grâce et que j'arrive pas trop du tout à sychroniser mes bras et mes jambes ("Madame ?? la jambe opposée au bras... nan, pas comme ça... comme ça... *démonstration du kiné*... voilà... z'inquiétez pas, ça va venir ! c'est votre première séance ?), elle se trémousse comme si elle avait 20 piges.

 

A 5 minutes de la fin, démarre la partie "relaxation". Il faut s'asseoir sur une frite (tu sais, les frites géantes en polystyrène... et inutile d'imaginer, un sourire pervers aux lèvres, un quelconque fantasme belge, hein... la frite, on s'assoie dessus mais elle n'est pas verticale, elle est dans le sens de la longueur), fermer les yeux et trouver l'équilibre. Puis le kiné-prof nous raconte d'imaginer un lac au petit matin, la brume, les rayons du soleil toussa... et moi, tous ces trucs où il faut se détendre et où tout est silencieux, ça me déclenche presque toujours un fou-rire. Alors il faut que je m'occupe l'esprit pour ne pas penser à rire.

 

Donc je triche un petit peu en ouvrant les yeux (juste plissés pour pas qu'il ne me voit, je me suis déjà assez faite remarquer comme ça) pour regarder la rescapée de canicule. Tu le crois ? Elle est droite comme un i et t'as l'impression qu'elle dort du sommeil du juste. Un petit coup d'oeil vite fait sous l'oeil pour vérifier qu'elle a bien compris les instructions rapport au sens de la frite, mais oui, c'est parfait. Bordel, pourquoi moi je tangue comme le Titanic et j'arrive pas à me calmer 5 minutes ?

 

A peine le cours terminé, je file avec deux autres feignasses directement dans le jaccuzzi. Trop facile, le jaccuzzi, j'ai maîtrisé nickel. Et le hammam aussi, hyper fastoche, fingers in the nose.

 

Par contre, la vioque n'est pas venue avec nous. Parce qu'elle enchaînait avec le cours d'Aquatonic !

 

La prochaine fois que je la croise, je la noie !

 

 

Notes pour le prochain cours :

1/ arriver avec un peu d'avance pour choisir une place dans le bassin à l'opposé de la défraîchie

2/ mettre une ceinture de couleur à mon peignoir pour le reconnaître - ça m'évitera de me barrer avec le peignoir d'une autre... et de me retrouver avec la clé du vestiaire 25 alors que le mien est le numéro 12.

3/ ne pas oublier mon gel douche dans le vestiaire, parce qu'à raison d'un flacon par semaine, ça va finir par me coûter un rein

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans : Ma vie... approximative - Ecrire un commentaire - Voir les 66 commentaires
Lundi 13 septembre 1 13 /09 /Sep 07:33

 

 

aquagym1.jpg

 

 

Elégant bonnet de bain en tissu  ok

Grande serviette de bain ok

Petite serviette pour les cheveux ok

Shampooing + gel douche ok

Claquettes en plastique ok

Brosse à cheveux + barrettes / élastiques ok

Maillot de bain ok

Carte de membre ok

 

Je me suis inscrite dans un club de sport

 

Pour la première fois de ma vie, à 42 ans, je vais enfin pouvoir répondre fièrement à la question "et toi, tu fais quoi comme activité ?".

 

Ce matin à 9h15, je prends mon premier cours d'Aquatonic.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans : Ma vie... approximative - Ecrire un commentaire - Voir les 74 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés