Pas de bras... pas de bras !

Publié le par bbflo

poubelle.jpgA l'époque j'avais 17 ans. Quelques mois plus tôt, j'avais eu un grave accident de la route et j'étais hospitalisée depuis lors. Je me déplaçais avec des béquilles.

 

J'errais dans les couloirs de l'hosto depuis tant de semaines que je connaissais tout le monde. Et notamment Kamel, un patient d'une vingtaine d'années d'une chambre voisine, avec qui on bavardait jusqu'à pas d'heure, le soir. Et parfois on faisait des jeux de société... en fumant. Ce qui bien sûr était totalement interdit. Mais je crois que les infirmières fermaient un peu les yeux parce que nous faisions un long séjour et qu'elles avaient une certaine affection pour nous, l'insouciance de notre jeunesse les amusait.

 

Elles entraient parfois dans la chambre en disant "ça sent bizarre, ici, vous fumez ?". Et bien sûr on répondait non. On jetait notre clope dans la poubelle, après l'avoir bien (hum) éteinte.

 

Et un jour, ce qui devait arriver arriva, la poubelle prit feu.

 

Sauf qu'on était bien handicapés tous les deux, lui des bras et moi des jambes. Essaie un peu d'imaginer la situation. Deux personnes : une n'a pas de bras valide... et l'autre a ses bras mais ils tiennent obligatoirement des béquilles. Et ces deux personnes essaient de transporter une poubelle en feu pour aller la mettre sous le robinet. 

 

Bref, nous avons fait un tel raffut (c'était en pleine nuit, donc tout est normalement plutôt calme) qu'une infirmière est arrivée rapidement et a éteint le feu. Avant de nous faire subir une engueulade XXL.

 

Je suis restée plusieurs mois dans cet hôpital. Une expérience à priori pas drôle. Mais en fait j'ai fini par y trouver mes marques et j'ai énormément de bons souvenirs car j'ai rencontré des gens formidables. Je me souviens notamment d'une femme de ménage africaine (elle avec des centaines de minuscules tresses avec des perles multicolores, c'était magnifique - elle ressemblait à Whoopy Goldberg) qui riait tout le temps avec moi. Et un jour, elle riait tellement qu'elle a fini allongée par terre au sol dans ma chambre... je me souviens du regard courroucé de l'infirmière en chef lorsqu'elle a ouvert la porte et l'a découverte comme ça, totalement hilare, allongée sur le sol mouillé, le balai brosse et la serpillère posés au sol à côté d'elle.

 

 

Ceci est ma participation au concours de Moo qui vient de publier son 100ème article ! 

 

PS : fumer nuit gravement à la santé et patati et patata... et oui, je sais qu'on était inconscients... et non il ne faut pas jeter sa clope dans une poubelle... d'ailleurs je ne l'ai plus jamais fait ensuite.

 

PS2 : j'ai entamé mon 3ème mois sans clope ! je suis très fière de moi.

 

Commenter cet article

Angie 13/11/2010 10:34


Ouais, en fait tu étais une ado rebelle. ;-)


bbflo 13/11/2010 21:49



mdr



Thé Citron 12/11/2010 12:52


Je suis restée une semaine à l'hôpital pour une péritonite carabinée. J'ai détesté. J'ai pleuré et pleuré... J'avais 18 ans pourtant... Mais les infirmières étaient des connasses à part une de
nuit. Elle, elle me parlait gentiment. Les autres se sont mises à être gentilles avec moi que quand j'allais bien, c'est-à-dire sur la fin...
En tout cas, ça doit être un sacré souvenir !


Euréka 11/11/2010 21:21


jolie participation pour moo!!! :_)


bbflo 12/11/2010 22:27



merci !



sandrine 11/11/2010 10:53


c'est un super souvenir qui est nait d'un accident ... c'est vrai que souvent les mauvaises choses à la base, avec le temps, ensuite deviennent de bons souvenirs ..... BRAVO pour ces 3 mois sans
cigarette, je suis de tout coeur avec toi !!!!


bbflo 12/11/2010 22:27



ah oui, et puis j'en ai d'autres, de bons souvenirs de cette époque. 



eddie 10/11/2010 23:57


c'est une chouette histoire sur un sujet à priori pas drole :-))


bbflo 12/11/2010 22:28



Je me souviens bien des différents "compagnons de chambrée" qui ont défilé dans ma piaule et il y en a plein qui m'ont laissé un bon souvenir !