Le chromosome de l'amour

Publié le par bbflo

chromosome.jpgSamedi 20 novembre

 

Je reviens du marché. J'y ai vécu un truc extraordinaire. D'ailleurs je suis frustrée car je sais que je ne pourrai pas te faire comprendre vraiment, profondément, simplement par écrit, ce que j'ai ressenti ce matin. Mais je te souhaite de le vivre un jour.

 

Aujourd'hui c'était la Journée Nationale de la Trisomie 21. (et là je suis navrée car je sais que la moitié va zapper la suite...). Et nous avions organisé, avec une association locale, un "petit déjeuner au marché".

 

On distribuait des cafés, jus d'orange et mini croissants aux gens, en échange de quoi ils mettaient une piécette dans l'urne. L'année dernière, je n'avais pas voulu participer, seul l'Homme y était allé. Cette année, je n'étais pas non plus prévue au programme, mais quelqu'un s'est désisté et je n'ai pas pu refuser. Mais j'avais peur, de ne pas savoir quoi faire, de ne pas savoir quoi dire, de ne pas savoir comment "les" regarder.

 

Je viens donc de passer 4 heures avec de jeunes trisomiques, âgés de 15 à 22 ans.

 

Et ces jeunes, avec qui je n'ai passé que quelques heures, je les ai aimé instantanément. A un point que je n'aurais pu imaginer. Et tu sais quoi ? J'ai senti que c'était réciproque. C'est très destabilisant, d'ailleurs, car la norme dans notre société est d'être tout en retenue, on se tourne autour, on s'observe, on se jauge, on y met des formules de politesse etc etc. Là non. C'est direct. Et ce sont "eux" qui sont venus vers moi : "Tu t'appelles comment ? tu fais quoi ? t'as des enfants ?".

 

Ils et elles ont tous le sourire.

Ils et elles sont farceurs, timides, courageux, tire-au-flanc, gonflés, dragueurs, drôles, boudeurs, bavards.

Ils et elles ont des parents formidables qui les aident à grandir et à être heureux.

Ils et elles donnent sans compter.

 

Ils et elles sont comme tout le monde.

 

Mais en mieux.

Commenter cet article

MrB 06/12/2010 14:27


Article qui trouve un écho particulier chez moi.
Il y a beaucoup de joie de vivre chez eux, de la joie simple, exister, être là, l'instant présent, le bien être immédiat.
Evidemment qu'on ne peut garder cette fraicheur en grandissant parce qu'on devient "responsable" de tas de choses mais ces contacts sont des bouffées d'amitié et d'air frais, c'est vrai et c'est
formidable de le dire :).


bbflo 06/12/2010 20:51



merci !



Fanny 28/11/2010 17:58


Mon père est éducateur spé et j'ai côtoyé de temps en temps des personnes atteintes de trisomie mais rien à faire, je ne suis pas à l'aise, sûrement à cause de cette spontanéité et de leur réaction
vive. Je m'en veux parfois de ne pas arriver à les comprendre.


bbflo 28/11/2010 20:06



Je pense qu'on ne peut pas se "forcer" à être à l'aise, et je comprends très très bien que cela puisse ne pas être le cas. Il ne faut pas t'en vouloir.



Stéphanie 28/11/2010 10:59


J'ai dans ma classe une petite fille trisomique de 10 ans et chaque jour je prends le bus avec une "plus grande" âgée de 17 ans... tu as parfaitement résumé ce "petit peuple" que l'on craint de
rencontrer et que l'on ne veut ensuite plus quitter.
Merci.


bbflo 28/11/2010 20:28



tout à fait d'accord avec toi



Thé Citron 27/11/2010 20:58


Ils ont un coeur gros comme ça, n'ont pas de retenue... J'ai souvent l'occasion d'en côtoyer au boulot et ils sont adorables !


bbflo 28/11/2010 20:28



nous sommes bien d'accord



Sophie 27/11/2010 12:07


Très bel article ! Ça prouve que quand on va au delà de ses préjugés on fait de belles rencontres ! Merci de nous le rappeler


bbflo 28/11/2010 20:28



merci !