Tortionnaire en puissance ?

Publié le par Anonyme

J'ai regardé hier Le Jeu de la Mort sur France 2.

 

Si tu ne l'as pas regardé, je t'explique.

 

Une expérience avait été menée dans les années 60 par un psychologue, Stanley Milgram, pour déterminer l'influence de la télévision sur le comportement des gens. Ils ont refait cette expérience, aujourd'hui, pour voir l'évolution des comportements. A donc été créé un jeu fictif où les gens posent des questions à un candidat et lui infligent une décharge électrique à chaque mauvaise réponse, sachant que plus on avance dans le jeu et plus les décharges électiques sont importantes (de 20 à 400 V).

 

Bien évidemment le candidat martyrisé est un acteur et il ne reçoit aucune décharge électrique. Sauf que les candidats, des gens lambda, comme toi et moi, ne le savent pas. Le candidat, au fil des décharges, commence par dire un simple "aïe", puis crie, puis gémit, pleure et finit enfin par se taire tellement la douleur est supposée intense.

 

Le but est de savoir si les gens vont dépasser la pression de l'animatrice, du public etc... et prendre la décision d'arrêter d'infliger ces souffrances au candidat.

 

Résultat : 80 % des gens vont jusqu'au bout, jusqu'aux 400 V alors qu'on voit très bien qu'ils sont très mal, qu'ils désapprouvent, qu'ils voudraient ne pas faire ça etc... nombre d'entre eux indiquent en cours de jeu qu'ils veulent arrêter mais sous la pression, ils continuent quand même.

 

Dans les années 60, le pourcentage de ceux qui terminent le jeu était de 60 %.

 

Le tout était ensuite expliqué par des psy, des sociologues et 2 candidats (un qui avait été jusqu'au bout et un qui avait dit "j'arrête") qui décrivaient ce qu'ils avaient ressenti.

 

C'était très dur à regarder. Et très destabilisant. Et puis surtout, devant sa télé, on ne peut s'empêcher de se demander ce qu'on aurait fait.

 

Le participant qui était allé jusqu'au bout était quelqu'un de plutôt altruiste, qui s'occupe de personnes âgées, un monsieur-tout-le-monde. Il expliquait qu'il avait ensuite été extrèmement perturbé pendant plusieurs mois. Plusieurs mois à se poser la question "pourquoi j'ai fait ça, moi qui ne ferais pas de mal à une mouche ?" et surtout "qu'est-ce qui fait que je n'ai pas dit stop alors que j'étais conscient de ce que je faisais ?".

 

Bien sûr, le premier réflexe est de dire qu'on aurait abandonné, que ces gens sont des sadiques, qu'on ne peut pas sciemment faire du mal à quelqu'un juste parce qu'on n'ose pas foutre en l'air un jeu télé, déplaire à l'animatrice, être en désaccord avec le public qui scande "la décharge, la décharge, la décharge !". Oui. Sauf que je crois quand même un peu en l'Homme, et 80 % de détraqués, ça ne me semble pas possible.

 

Se pose donc la question de l'obéissance, de l'autorité, du libre arbitre.

 

Et c'est terrible, car je me dis que je serais peut-être (probablement ?) allée au bout. Que je ne suis pas quelqu'un d'exceptionnel et que j'aurais réagi comme la majorité.

 

A cause de cette musique et des projecteurs, à cause de tous ces yeux braqués sur moi (2000 personnes dans le public), à cause des injonctions de l'animatrice (vous "devez" continuer), à cause du fait que je n'aime pas décevoir (tous ces gens qui ont préparé le jeu, les producteurs, et qui m'ont fait confiance).

 

Et peut-être aussi parce que tout simplement on ne m'a pas appris à dire non.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

bbflo 21/03/2010 00:12

en tout cas, y'a une chose qui est sûre, c'est que cela a donné à réfléchir

nicole (tatie 21/03/2010 00:12

ouais c'est vraie que ça m'a scotché ce reportage, et on arrive a se demander si on serait allé jusqu'au bout, pour ma part quand je vois le reportage je repond "non" je pense que d'entrée je n'aurai pas été plus loin que la premiére décharge où "le branché" aurai crié de douleur.. ce que dit Lagrenouille45 par rapport a notre réaction devant un choix de menace contre notre famille ou ami, je pense que ce n'est pas pareil, le test du reportage n'est pas sous influence d'une menace mais pour l'appat du gain . Par menace et reflexe de protection on lache prise plus facilement.

bbflo 19/03/2010 00:12

Non, aucun gain en jeu. On leur avait dit qu'ils participaient à un "pilote" et que donc pour leur participation, il n'y aurait pas de gain. Ils devaient "faire comme si".

Flo 19/03/2010 00:12

je n'ai pas regardé cette émission.... et je le regrette !

Mais la motivation des candidats, en plus de passer à la télé, n'était-elle pas le gain en fin de jeu ? il y avait de l'argent à gagner peut-être ?
Cecie expliquerai cela....

bbflo 19/03/2010 00:12

on nous apprend à entrer dans un "moule" à la naissance et seuls les plus "forts" arrivent à en sortir... terrible quand même